· 

2 ans...

2 ans que tu n'es plus parmi nous. Je me souviens de ce jour comme si c'était hier. J'avais l'impression de vivre un cauchemar éveillé. Mon cœur s'est brisé en mille morceaux et une partie de moi s'en est allée avec toi. C'était comme si tout s’effondrait sous mes pieds, tout autour de moi. Je ne touchais plus terre. Je planais, espérant que la chute ne soit pas si douloureuse mais bien entendu je me trompais sur toute la ligne. La chute fut fracassante. Mon corps, me cœur, tout mon être était broyé, déchiqueté par cette douleur si intense.

 

Les jours qui ont suivi ont été très difficiles. Je te cherchais, j'avais la sensation de t'entendre, de te sentir. Je regardais toujours ce canapé sur lequel tu es parti en espérant te revoir. Je me disais que tu reviendrais. Je n'arrivais pas à me dire que tout ce que nous étions en train de vivre était bien réel. 

Les premiers jours j'allais même voir dans la chambre pour voir si tu dormais. Mais tu n'étais plus là.

 

Il a fallu perdre toutes ces habitudes que nous avions. 

 

Vivre des épreuves si intenses vous tuent à petit feu si vous ne vous battez pas pour continuer de vivre. Pour ma part, je survis. Pour Hugo, pour mon mari, pour ma famille. Nous devons continuer d'avancer pour mon petit Bastien.

La Terre ne s'est pas arrêtée de tourner, et les jours ont continué de passer.

 

Le canapé sur lequel tu es parti est toujours là, à sa place. Nous mangeons sur cette table où les secours ont tout fait pour te faire revenir. Tout est toujours à sa place et la vie continue.

 

Les jours passés sans toi me donnent l'impression de m'éloigner de toi.

 

Je te placarde sur tous les murs, sur les moindre recoins où je peux mettre une photo. J'éprouve toujours cette même sensation à chaque fois. Mon cœur se serre, comme si deux mains le pressaient. Les vidéos que j'ai pu enregistrer me font pleurer.

La douleur est toujours intense.

 

Je ne suis pas quelqu'un qui me plaint, mais tout à l'intérieur de moi pleure.

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Lilia (jeudi, 07 décembre 2017 22:40)

    Je ne peux pas savoir ce que tu vis parce que je ne l’ai pas vécu ... la seule chose que je peux te dire a cet instant c’est que je peux resentir la douleur que tu dois ressentir a travers tes textes parce qu’en te lisant , j’ai l’impression de vivre des instants que tu as vécu et j’en pleure car c’est très touchant ! Je suis de tout coeur avec toi . Bisous ma belle . Lilia

  • #2

    Michèle (vendredi, 08 décembre 2017 08:42)

    Tes récits sont toujours poignants . Même si on veut essayer d'imaginer ce que tu subis, c'est impossible . La perte de son enfant est la pire chose au monde . Je dis toujours qu'on n'est pas "programmés " pour cette horreur et je le crois profondément. Se dire qu'on s'y attendait, que c'était inéluctable, qu'il souffrait etc ... Tout ça ce sont des mots même si c'est vrai . La douleur immense ne tient pas compte de cela . Bastien a vécu sa courte vie le mieux possible , tes parents et toi avez fait tout ce qui était possible et vous lui avez montré des choses qu'on pensait impossible pour lui . Je me souviens aussi de l'appel téléphonique ce triste matin . Bastien est toujours et sera toujours présent près de nous de la même manière que nos disparus qu'on a aimé mais avec ,pour lui, une cruelle injustice . Heureusement , tu as maintenant une épaule solide sur laquelle te reposer et ta petite bouille à bisous ,Hugo . Sa présence et son amour débordant vont déposer les plus beaux pansements sur tes blessures . Je te souhaite du courage mais je sais que tu en as . Gros bisous ma puce

  • #3

    Maman (vendredi, 08 décembre 2017 09:07)

    Bastien est parti entouré des personnes qu'ils l'ont aimées dans sa maison. Nous lui avons dit "on
    t'aime" jusqu'au bout. Nous l' avons laissé partir dans l'amour. Bastien un AMOUR de petit garçon.

  • #4

    Laurence (vendredi, 08 décembre 2017 13:28)

    Il n'y a pas de mot, juste de la tristesse et de belles pensées pour vous tous en soutien.

  • #5

    Perchelet Nathalie (vendredi, 08 décembre 2017 17:10)

    Bonjour. Quelles émotions en vous lisant ça prend aux tripes. Moi aussi je suis maman et je n oses imaginer votre douleur. Dans votre texte vous dites que vous survivez pour Hugo , votre mari,et votre famille. Je vous le souhaite du fond du cœur d avoir un jour le sentiment et la joie de poursuivre votre vie avec Bastien dans votre cœur vos tripes et votre chair, sans avoir cette douleur qui vous ronge encore aujourd'hui. Vous êtes très courageuse

Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.