· 

En souvenir de ces belles années

Dans la vie, nous sommes amenés à faire différentes rencontres, des bonnes, comme des mauvaises. Nous faisons des choix et nous prenons des routes qui nous mènent à des chemins différents, mais qui font que l'on est les personnes que nous sommes aujourd'hui.

Je voulais écrire un article sur ces personnes là, sur les personnes qui ont pu croiser mon chemin, sur des personnes qui ont fait que je suis moi.

 

 

Au primaire, nous étions un trio de trois bonnes copines. Il y avait Elodie, et Nelly. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de cet période là, mais avant notre entrée au collège l'institutrice nous avait demandé avec qui nous souhaiterions nous retrouvées, et nous nous étions citées toutes les trois. Et à la surprise générale, nous avions fini par nous trouver dans la même classe au collège.

Nous avons vite perdu Nelly de vue parce qu'elle a déménagé, mais Elodie est devenue ma meilleure amie, comme Laura.

Elodie n'habite pas très loin de chez mes parents (c'est toujours le cas), et c'est vraiment à la période du collège que nous nous sommes vraiment trouvées. Nous partagions les mêmes centres d'intérêt et nous étions pareilles. On nous surnommait même "les jumelles", parce que nous étions toujours collées ensemble. Nous étions tellement bien ensemble, que lorsqu'on devait se quitter, je passais mes soirées à lui écrire (alors que nous habitions à côté !), et elle faisait de même. J'avais un classeur tout entier de ses écritures. On s'écrivait sur tout, sur rien, à parler de nos problèmes d'ados, et écrire déjà à l'époque était devenu une drogue.

Nous lisions les mêmes livres, et un jour, je ne sais plus laquelle des deux est tombée sur le livre " 4 filles et un jean " et on s'est dit que nous ferions la même chose, mais avec un tee-shirt que nous avons customiser. Ce tee-shirt, pour être franche, ne ressemblait pas à grand chose. Il était à la base tout simple, blanc, et Elodie avait acheté des feutres indélébiles pour y écrire dessus. Nous y mettions tout ce que nous aimions, nos séries, nos signes du zodiaques, et d'autres bêtises du genre. Nous le mettions chacune notre tour, on se le prêtait lorsqu'on partait en vacances, et nous avions l'impression que rien ne pouvait nous atteindre quand on le portait. 

On passait nos après-midi à danser sur les L5 ou je ne sais quelle musique, et on s'éclatait comme des folles.

Quand on se voyait, c'est à dire presque tous les jours, on se sautait au cou, avec des grandes embrassades, on se disait même des "je t'aime", parce qu'on s'aimait vraiment d'une amitié très forte.

Les événements de la vie ont fait que nous nous sommes éloignées, tristement je dirai que c'est par ma faute. Quand on se voit maintenant on ne se parle quasiment plus, parce qu'on ne sait plus quoi se dire.

 

Elodie était présente à mon mariage, et nous avons dansé ensemble, ça m'a fait du bien et rappelé la bonne époque ou nous inventions des choré, et c'était génial.

Avec Laura nous étions presque voisine, et je m'entendais très bien avec elle aussi. Par contre elle était assez différente de moi. C'était une jeune fille sûre d'elle, qui avait une facilité d'apprendre incroyable et qui chantait merveilleusement bien. Nous étions différentes toutes les deux mais je trouvais que l'on se complétait bien. Je me rappelle d'une soirée d'anniversaire chez elle, ou nous avions dormi toutes les 3 ensemble, suivi d'un lendemain shopping avec nos mères. C'était top. Je me souviens que l'on inventait des chorégraphie sur des musique de la star ac' (oui c'était la mode à l'époque) et que nous chantions et dansions à tue-tête jusqu'à saturer de la chanson sur laquelle nous dansions. 

L'amitié que j'ai eu avec Laura était forte, très forte. Nous étions toutes les deux des fans inconditionnels d'Harry Potter, et nous avons été voir le premier film au cinéma ensemble. Je ne vous raconte pas dans quel état nous étions : complètement hystérique ! On se tenait la main, fort, parce qu'on allait vivre ce moment ensemble. Rien qu'à me remémorer ces instants j'en ai la chaire de poule partout. Nous nous connaissons depuis l'âge de 5, 6 ans et quand j'y repense, la nostalgie me prend. "J'ai besoin de notre amitié" m'avait-elle écrit alors que j'étais en 4eme peut être. J'ai gardé tous les petits mots que nous nous étions échangés, "tu seras toujours la seconde carte de la paire que nous avons toujours formée" "mon amie, la soeur que je n'ai jamais eue". Ces mots vous paraissent peut être mignons, mais à l'époque, comme aujourd'hui, quand je les relis, je ressens un pincement au coeur, parce que c'était bien plus fort que ça. 

Nous nous sommes disputées un nombre incalculable de fois, et nous nous sommes réconciliées tout autant de fois.

Nos derniers contacts ne se sont pas super bien passés, puis elle est partie au lycée, ou nous nous sommes revues peut être deux fois, puis elle est vraiment partie, loin. Au Canada. Je n'ai pas pris de ses nouvelles durant je ne sais combien de temps, et un jour, alors que la nuit même j'avais rêvé d'elle, j'ai décidé de la chercher et de lui envoyer un message tout simple sur les réseaux sociaux, et elle m'a répondu comme si nous ne nous étions jamais quittées.

 

J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir un jour.

Il y a eu aussi Aurélie, avec qui j'ai passé mes années collège. C'était une fille vraiment gentille, à la santé fragile, elle avait toujours un bras ou une jambe dans le plâtre, j'ai moins de souvenirs avec elle, peut être parce que j'ai partagé moins de choses avec elle, mais je ne l'ai pas oubliée, et encore aujourd'hui je pense à elle.

A mon entrée au Lycée, je ne connaissais personne, et à la base, comme je l'ai dit souvent à mes parents "je ne suis pas là pour me faire des copines". 

Le premier jour, alors que j'ai toujours été quelqu'un de très timide, j'ai croisé le regard d'une fille, qui avait l'air tout aussi timide que moi et je lui ai adressé un "bonjour". Cette fille, c'est Cécile. J'ai trouvé en elle une acolyte, une amie sur qui je pouvais vraiment compter, une confidente, une fille avec qui j'ai passé vraiment de très bons moments, des bonnes parties de rigolades, et même partagé quelques larmes. Avec elle, tout un groupe de filles, je pense à Mariella et Aurélie, qui sont devenues inséparable, la brochette d'Emilie, Nathalie, Mélanie, Marjory et bien sûr Quentin, et à tous ceux que je ne cite pas mais à qui je pense quand même.

Elles respiraient toutes la joie de vivre, et m'apportaient un air nouveau, m'obligeant à m'ouvrir aux autres.

 

J'étais dans une période ou je me cherchais, je jouais même un peu la rebelle alors que je n'en suis pas du tout une, et malgré tout, je me suis éloignée de tout ce joli monde. Aujourd'hui encore je m'en mords les doigts, parce qu'elles sont toutes devenues inséparables, et que malgré moi je les envie. 

Quentin est devenu un très bon ami, avec qui nous avons partagé des délires à ne plus s'arrêter de rire, qui n'appartenaient qu'à nous. Après le lycée je ne l'ai croisé que deux fois.

 

Je me suis éloignée de tout ce beau monde, parce que j'étais stupide. 

J'ai essayé de renouer les liens avec certaines, mais ce n'est pas si évident que cela. Chacun à sa vie, son boulot, des enfants, et les liens qu'elles ont pu tisser entre elles ne se sont jamais rompus, comparé aux miens, mais c'est comme ça, c'est la vie.

Je souhaite juste leur dire, si les filles du lycée passent par là, que je regrette certains moments et que j'aimerai les revoir. 

 

Comme j'aimerai revoir Laura, Elodie et Aurélie.

 

On dit qu'il ne faut pas vivre avec des remords, des regrets, mais j'ai besoin aussi d'écrire cet article pour dire à tous ces gens que je les remercie pour tout ce qu'ils ont pu m'apporter et que je ne les ai jamais oublié.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    maman (dimanche, 31 décembre 2017 08:16)

    Des ereurs on en fait tous, mais il n'est jamais trop tard pour retrouver ses moments de complicités avec tes amies.

Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.