· 

Nos petits rituels

Après sa sortie de réanimation, nous avons pris spontanément des habitudes avec notre petit Bastien. 

Des rituels que nous faisions tous les jours. Il se sont installés naturellement, sans que nous ne nous en rendions compte. Ces rituels, aussi simples soient-ils, nous rassuraient.

 

En voici quelques exemples...

 

Je faisais prendre le bain à Bastien chez mes parents. C'était beaucoup plus simple pour moi au niveau de l'organisation. De un ; parce que je n'étais pas toute seule, et de deux ; mes parents ont une douche à l'italienne, ce qui est beaucoup plus pratique qu'une baignoire. Bastien avait un transat de bain adapté à ses besoins, et il était plus facile pour moi de pouvoir le doucher en ayant de l'espace autour de moi. (A l'époque j'habitais dans une petite maison mitoyenne, où on ne se tenait pas à deux dans la salle de bain. Je n'avais même pas la place pour y mettre un petit meuble, ni encore moins pour y changer un bébé. Quand je n'avais pas le choix, je fonctionnais avec un système D, qui allait quand Bastien était tout petit. Je mettais le coussin à langer par terre, sur une serviette et je me débrouillais comme je le pouvais. Mais en grandissant, ce système D n'était plus du tout adapté).

Après chaque toilette, nous enveloppions notre chevalier dans un plaid et il faisait ensuite un énorme câlin avec son grand-père. C'était leur moment à tous les deux et la plupart du temps, Bastien finissait par s'endormir dans les bras de son papi.

 

Le soir, quand je rentrais chez moi, au moment du coucher, je lui allumais une jolie veilleuse qui projetait des images sur le mur. Je l'installais bien dans son lit, en lui mettant bien comme il faut son doudou dans les bras, entourés par tous ses amis, dont Winnie l'ourson. 

Quand Bastien fut un peu plus grand, nous lui mettions des dessins animés le soir. Il n'y avait pas de raison qu'il n'en regarde pas, et il avait une belle collection de Disney que je me régalais de regarder avec lui.

Son doudou l'a toujours suivi partout, ainsi que ses amis fidèles (il avait un Winnie, un petit éléphant, un Donald), jusqu'à ses séjours à l'hôpital.

 

Une fois Bastien couché, j'envoyais un message à mes parents pour leur dire comment s'était passée la prise de repas quand il prenait encore plus ou moins bien ses biberons, et comment s'était passé le coucher.

 

Nous avons toujours procédé ainsi, et encore aujourd'hui, nous le faisons avec Hugo.

 

Aussi, après chaque hospitalisation, pour souffler et fêter le retour de Bastien à la maison, nous ouvrions une bouteille de champagne.

Cela peut faire sourire, mais à la maison, nous avons toujours tout fêté, et son retour parmi nous était célébré comme il se doit.

Il faut savoir que quand on allait à l'hôpital, nous n'étions jamais certain que Bastien en sortirait. C'était la peur que j'avais, et que nous avions tous.

Chaque retour était un immense soulagement. Je me souviens d'une fois où Bastien n'avait pas un an, nous étions dans l'ascenseur de l'hôpital et j'avais Bastien dans les bras, prêt à rentrer à la maison, et je pleurais avec ma maman à mes côtés. J'étais soulagée, comme si on m'enlevais un poids des épaules. Bastien allait pouvoir passer encore de merveilleux moments avec nous, et nous étions ensemble, c'est ce qui comptait plus que tout.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    maman (mardi, 30 janvier 2018 07:49)

    Des rituels qui durs..... Nous avons promis des choses à Bastien et nous tiendrons nos promesses. Bisous.




  • #2

    Laurence (mardi, 30 janvier 2018 08:32)

    C'est important d'avoir ces rituels et de les continuer, ils font partis de votre vie et c'est la continuité de Bastien. Bisous

  • #3

    Isa (mardi, 30 janvier 2018 12:14)

Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.