· 

"Dans une séparation, ce sont toujours les enfants qui trinquent"

Voilà un sujet qui me travaille depuis quelques semaines, et que je n'ai pas pu m'empêcher d'aborder avec vous.

 

Oui, mais quoi faire ? Rester avec une personne avec qui on ne s'entend plus, avec qui les disputes, les cris et les pleurs deviennent journaliers ?

Eh bien moi je dis non !

 

Vivre dans une atmosphère sous tension n'est pas sain. Ni pour les enfants, ni pour les parents. 

Pour mon cas, et je parle uniquement de moi, la décision de partir n'a pas été simple. Après 7 ans et demi de couple prendre une décision comme celle-ci a été très difficile.

Je suis partie avec la boule au ventre et le cœur déchiré en mille morceaux, mais si je l'ai fait, c'est que je n'avais tout simplement plus le choix !

J'avais laissé plusieurs chances à la personne avec laquelle j'étais et j'étais restée avec lui durant des mois en espérant qu'il changerait. Mais cela n'a pas été le cas.

Alors je suis partie avec les deux enfants. Hugo n'était âgé que de 9 mois à l'époque. Cela n'a pas été évident du tout. Je vous épargne les détails que vous pourrez lire plus tard dans l'histoire de Bastien que je suis en train d'écrire, mais après jugementS ( oui le S en majuscule est volontaire ) il a fallu que les enfants s'adaptent très rapidement. Je vais parler uniquement de Hugo ici, parce que malheureusement Bastien nous a quitté un mois seulement après le premier jugement.  Il a fallu que mon petit Hugo s'adapte très rapidement à passer une journée chez son père, une semaine sur deux. Il a fallu qu'il comprenne que chez maman il y a des règles et que chez papa il y en a d'autres.

Il a pu aussi me manifester de la colère, et je parle de cela il y a à peine deux semaines. Il ne comprenait pas pourquoi ça se passait d'une telle manière chez l'un et pas chez l'autre.

J'ai trouvé aussi en lui une crainte, celle d'être abandonné. De la tristesse aussi, quand il a fallu que son père me l'arrache des bras parce qu'il ne voulait pas aller avec lui.

C'est avec le cœur serré que je me remémore tout ce dont Hugo a dû affronter.

 

Mais je n'avais pas le choix !

 

La séparation est peut être mal vue, certains pourront penser qu'il y avait un manque de communication. Mais j'ai attendu des mois et des mois à espérer que ça change, je rentrais chez moi avec la boule au ventre en sachant pertinemment que les disputes se tenaient à l'intérieur de notre "chez nous", parce que ce n'était plus chez moi. Je n'ai pas à me justifier du pourquoi du comment, vous le saurez plus tard.

 

Ce qui blessent, c'est les retours que j'ai pu avoir. "Elle n'a qu'à le quitter de toutes façons on ne l'aimait pas".

J'avais beau avoir pris ma décision, entendre ce genre de phrase vous fait mal.

 

Avec du recul, bien sûr, personne ne supportait le personnage qu'il était, sauf peut être quelques exceptions que je m'abstiendrai de citer.

 

Je ne regrette AUCUNEMENT ma décision. Hugo comprendra plus tard pourquoi c'est moi qui ai pris la décision de partir. Je pèse mes mots, parce que c'est important pour moi. Un enfant, DES enfants, ne peuvent vivre dans des conditions de tensions, de colère, de pleurs, de cris et de déchirement. Tout simplement parce que ce n'est pas cela une famille. Une famille qui a été mais qui n'est plus.

 

Cette famille, nous avons su la reconstruire, grâce à mon mari, et nous avons su trouver un EQUILIBRE dans lequel Hugo peut grandir et s'épanouir.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Maman (lundi, 09 avril 2018 19:32)

    Je suis tout a fait d'accord avec toi. Une séparation n'est pas simple. Mais il vaut mieux une séparation que des enfants vivent continuellement dans le confit. Mais si pour toi la situation n'a pas été simple, tu as pris la bonne décission. Tu l'as fait d'abord pour tes enfants. Comme tu l'

  • #2

    maman (lundi, 09 avril 2018 19:43)

    Je reprends après ce petit bug. Comme tu l'as écrit, tu as pris cette décission après plusieurs mois de réflexion, et non pas sur un coup de tête. Tu lui as laissé plusieurs fois ça change. Des paroles il en a fait , il faut des actes.,il en n' a pas fait. Merci au juge qui lui, a respecté les deux enfants.

  • #3

    marilyne (lundi, 09 avril 2018 19:51)

    C'est jamais facile de prendre une telle décision et surtout avec de petits en bas âge il faut beaucoup de force et courage mais quand on peut plus et aucun sentiment il faut partir pour le bien être de tous mais quelque soit la decision il reste les blessures et elles se referment pas si facilement ça marque une vie elle nappartient qu'à toi bisous

  • #4

    Maya (lundi, 09 avril 2018 21:10)

    Il vaux mieux des enfants heureux et des parents séparés. Que des enfants malheureux et des parents ensemble.
    Moi je pars du principe que si l’un désire partir il faut qu’il le fasse... le plus dur c’est de le faire...!
    En tant que mère je me dis que ce qui pourrait m’empêcher de le faire, c’est de savoir que mes enfants seront au milieu et devront subir cette décision et puis... quand on arrive à se convaincre et se donner la force de le faire... Ben les enfants s’y habituent peut être bien mieux que nous, et peuvent très bien le comprendre, si c’est pas maintenant ça sera demain, ds 5 ans ds 10ans...

  • #5

    corinne (mardi, 10 avril 2018 14:02)

    j'ai vécu la meme situation et la premiere chose a qui l'on pense c'est nos enfants surtout a leur bien etre .A l'heure d'aujourdhui mes enfants sont heureux mais c'est vrai que certaines choses s'oublieront difficilement

  • #6

    Marie claude villar (mercredi, 11 avril 2018 18:19)

    Tu as été très courageuse Hugo le comprendra plus tard que c'était la bonne décision bisous

  • #7

    Perchelet Nathalie (samedi, 14 avril 2018 23:21)

    À travers votre lecture je suis sûr que Hugo comprendra votre choix. Malgré votre jeune âge vous êtes vraiment une jeune femme combattante et courageuse avec toutes ces épreuves que vous avez traversé.

Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.