· 

Accident domestique

Je voulais vous partager mes péripéties de la journée du 24 décembre, parce que ce genre d'accident peut arriver à n'importe qui.

 

Depuis que Lou a commencé la diversification alimentaire, les trois quart du temps je lui fais des repas maison. J'utilise un robot autocuiseur que j'avais acheté pour Bastien. Je ne l'avais pas beaucoup utilisé pour lui parce que je ne trouvais pas la nourriture assez liquide dû au fait que mon petit chevalier était alimenté par sonde naso-gastrique, puis par gastrostomie.

Nous l'avons donc beaucoup utilisé pour Hugo, et jusqu'à présent je l'utilisais beaucoup pour Lou aussi.

 

Le 24 au matin, je l'utilise deux fois consécutives sans problème. Je mets mes aliments dans le robot, j'y mets de l'eau et la cuisson se déroule sans difficulté. L'appareil sonne au bout d'une quinzaine de minutes. J'enlève le surplus d'eau, et je mixe mes aliments.

Je prépare de nouveau mes aliments pour une troisième cuisson (je voulais m'avancer un maximum pour le fêtes). Comme d'habitude, je mets de l'eau, mes aliments, et je lance la cuisson. L'appareil se met à biper cinq minutes plus tard.

Je m'approche de l'appareil en me disant que cela faisait un peu tôt pour que tout soit cuit. Je me trouve à moins d'un mètre du robot, qui explose devant moi !

 

J'avais bien remis le bouchon. Peut être que l'appareil était trop vieux, je n'en sais rien.

 

Je sens la brûlure qui me coupe la respiration, je regarde mon bras et j'aperçois déjà des cloques avant même d'avoir eu le temps de faire quoique ce soit. Je me revois tourner en rond pendant quelques secondes, sous le choc. Je m'approche de l'évier pour mettre mon bras sous l'eau. La douleur est vive. Je ne tiens que quelques secondes avant que Hugo ne s'approche de moi pour me demander comment ça va. Je lui dis"ça va".

Je m'en vais dans la salle de bain pour enlever mon pull. Je me regarde dans le miroir et je vois que je suis aussi rouge au-dessus de l’œil gauche. Je réalise à ce moment là que Lou était juste derrière moi dans sa chaise haute quand l'appareil a explosé, et que si je n'avais pas été devant elle, c'est elle qui aurait tout pris. Je réalise la chance que j'ai eu d'avoir tout pris à sa place, et je me mets à pleurer sans pouvoir m'arrêter. L'appareil aurait pu exploser et toucher Lou, ou toucher Hugo, et je m'en serai voulu toute ma vie.

 

Hugo m'entend et vient me voir, en me caressant, en me disant "ça va aller maman", je lui réponds "ne t'inquiète pas". Je file dans la chambre, je sais que j'ai des tullegras. Je retourne dans la salle à manger, et je vois de l'eau partout. Vraiment partout. Dans la cuisine, dans le salon, dans la salle à manger, jusque sur la table basse qui est à l'opposé de la cuisine.

Je m'aperçois que l'eau bouillante aurait pu toucher mes enfants, encore une fois, et je pleure de plus bel en réalisant le danger auquel ils ont échappé.

 

J'essaie tant bien que mal de me soigner, mais je n'y parvins pas. Ne sachant quoi faire j'appelle mon mari qui était au travail en lui demandant de passer à la pharmacie. Je n'avais pas envie de l'embêter alors qu'il était seul sur son lieu de travail à cause des vacances, mais je l'appelle quand même.

En attendant Lou est toujours sur la chaise haute. Elle pleure parce qu'elle est fatiguée, et je n'arrive pas à la porter. J'essaie de la consoler et de rassurer Hugo, mais les larmes qui coulent toujours sur mes joues n'apaisent rien.

Il arrive en moins d'une demie heure. 

 

Il couche Lou, je vois qu'il a peur lui aussi. Faut dire qu'au téléphone ma voix tremblait. Il me soigne et j'appelle ma mère pour m'aider. Et oui, nous sommes le 24 décembre et le repas a lieu dans notre maison.

Mon mari repart au travail  en me rassurant, et ma mère arrive sur ces entre-faits. 

Elle voit que je ne suis pas bien, et je me remets à pleurer en me répétant une nouvelle fois qu'on a échappé au pire.

 

Elle appelle mon père pour m'emmener dans un service de traumatologie qui se situe non loin de la maison. Je n'ai pas beaucoup vu la brûlure, mais j'ai aperçu quelques cloques. Mon père me pose des questions dans la voiture pour savoir comment ça s'est passé. Je ne pleure plus.

Arrivé au centre j'attends une petite demie heure et un médecin me prend en charge. Il trouve que le pansement est bien fait. Il enlève les tullegras, et je vois enfin l'état de mon avant bras. Je dis "ah oui quand même", et il me répond "oui, second degrés".

 

 

 

 

Tout cela pour vous dire quoi ? Qu'on a beau faire attention à tout, essayer d'être aux aguets, d'être prévenant. Nous ne sommes à l'abri de rien et qu'un accident peut vite arriver.

 

 

Tout se que je sais, c'est que ce jour là, une belle étoile a veillé sur nous...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Maman (jeudi, 26 décembre 2019 21:54)

    Ta très belle étoile veille sur toi. Courage et bisous ma grande.

  • #2

    Maya (jeudi, 26 décembre 2019 22:42)

    Ohhh mon dieu...
    Cherche pas ta bonne étoile s’appelle Bastien....
    Tkt pas ça arrive tellement ce genre de merdouille. Tkt pas le principal c’est que tu n’aies pas été plus touché, et que les enfants n’aient rien eu....
    Soigne toi bien !

  • #3

    Lulu (jeudi, 26 décembre 2019 23:17)

    Soigne toi bien miss!
    On vous embrasse tous !

  • #4

    Simplementelodie (jeudi, 09 janvier 2020 18:52)

    Bonsoir, j’espère que ça va mieux ? votre petit ange vous protège :)

Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.